01/10/2022

Vent d’automne


Douceur ouatée d’un chocolat chaud sous un rayon de soleil doré.

Petite robe et collants épais. Ciel azur parsemé de nuages blancs, le vent les pousse. Le vent essaie de décrocher les feuilles pas encore assez mortes.

Traîner un peu en terrasse avant l’arrivée du froid piquant qui rôde. Dans le jardin, il reste quelques tomates qui ne mûrissent plus.

Sous le pont, la rivière fume. À l’horizon, le soleil discret éclaire de jaune les murs de la ville. Les gens, engoncés dans leurs vêtements, marchent les bras croisés, la tête baissée. On a sorti les vestes, les écharpes et les chaussettes. Le nez est figé dans le petit matin qui s’éveille. Après la brume, viendra le soleil. Il vient toujours. Il restera moins longtemps, c’est tout.

Un nuage duveteux s’est perdu, une masse comme suspendue à la verticale qui tombe au ralenti. Je tourne la tête mollement et voici qu’il se disloque et s’évapore. Drôle de ciel…

Les hirondelles causent vivement, derniers préparatifs avant le grand départ.

Une odeur de bois brûlé flotte dans l’air, on dirait que la voisine a allumé sa cheminée…

Texte et photo : EA Octobre 2022