02/06/2022

Je suis venue jusque-là parce que je voulais écrire au pied d’un chêne.

Et je sais qu’ici, il y a des chênes. Des grands chênes.

Je me suis installée près de toi. On dirait qu’un de tes côtés est assez mal en point. Ton écorce est noire de bas en haut. L’unique branche que tu déploies de ce côté-là semble presque morte. Cependant, tu restes solide, ancré, majestueux et puissant.

Je cherche ta protection, ton énergie.

Des fourmis habitent chez toi. De la mousse aussi. Et sans doute plein d’êtres et d’organismes vivants que je ne sais pas voir. Ton écorce est percée par endroits. Je découvre ta chair meurtrie parcourue par des fourmis. Je suis bien sous ton ombre.

Devant moi – devant nous – un noisetier émerge du bord du ruisseau. Et puis un petit érable champêtre et d’autres essences emmêlées, ébouriffées.

Une classe d’ados attend un bus. Bruyants et désorganisés, ils semblent être en « récré » après le cours de sport. L’adulte pousse un ordre bref. Ils se rangent et s’en vont. J’entends alors la circulation sur la route derrière moi – derrière nous.

Je serais tentée d’aller voir tes frères maintenant que les jeunes ont libéré l’espace. Trouver un autre chêne, plus droit, plus « beau », moins malade que toi... Mais j’aurais l’impression de t’abandonner. Alors je reste là. On commence à se connaître tous les deux. On verra la prochaine fois. Aujourd’hui, c’est auprès de toi que je suis venue chercher de la force.

Un message peut-être ? Tant que je suis là, à écrire dans tes jupes, as-tu un message que tu voudrais faire passer aux humains ?

Mon ami Chêne, si je te prêtais ma plume, qu’en ferais-tu ?


Tu es là, un peu malade certes, mais tu es là.

Heureux d’abriter la vie.

Heureux de servir la Vie.

La Terre appelle et favorise ceux dont elle a besoin pour régénérer son sol. On est là pour le temps nécessaire, puis d’autres viendront ensuite. Dans cet espace temps, c’est toi, c’est moi, c’est cette centaine de fourmis, cette mousse, ce noisetier, ces jeunes personnes et tout ce qu’on ne sait pas voir. On est là, et c’est important. La Vieille Terre Mère nous a confié cet espace temps sous cette forme de vie, précisément. Soyons dignes de sa confiance. Faisons au mieux, soyons au mieux qui nous sommes. Tout n’est pas parfait.

Nous ne sommes pas parfaits.

Nous sommes et c’est déjà assez.

Nous sommes Ensemble.

Nous Sommes.



Texte et photo : EA Juin 2022