07/11/2022

Sur les flancs du sommet…


Le point de départ, c’est la décision.

« Ouaip ! J’vais le faire ! »

Vérifier que c’est jouable : le matériel, le temps, les ressources, l’itinéraire.

Ensuite, démarrer. La route est relativement plate et le paysage est assez joli. C’est agréable et un brin excitant. Quelques doutes me collent encore aux baskets, mais ça va, c’est pas trop gênant. Au pire, il est encore temps de faire demi tour. Mes muscles se font doucement, je trouve mon rythme et c’est plutôt facile. Je le vois, ce sommet loin devant. Je sais que j’avance dans la bonne direction.

Et puis, la côte augmente. D’autres muscles se développent. Mes ressources s’amenuisent. Il me faut redoubler d’efforts. Peut-être devrais-je rebrousser chemin ? J’avance et pourtant, je ne le vois pas se rapprocher. Mais il est là. Massif. Patient. Il m’attend. Les doutes me ralentissent. Vais-je vraiment arriver à l’atteindre ? Aurai-je assez de force?

« C’est quand qu’on arrive ? »

Le sommet au loin, c’est ma vision. La quête achevée. Je m’y vois déjà : je peux enfin me poser, respirer l’air pur et parfumé. Admirer la vue. Je peux souffler, m’asseoir enfin et reposer mes membres endoloris… De tout là-haut, j’ai envie de crier à celle qui s’en vient (c’est à dire moi aujourd’hui) :

« Courage ! Tu vas y arriver ! Profite du paysage ! »

Alors d'ici, j’entends l’écho. Focusser sur les prochaines étapes. Avancer un pas après l’autre. Et puis trébucher. Dans la forêt épaisse, observer comment filtre la lumière. Mettre au jour les pensées automatiques et tenter de les modifier. Au creux de la forêt, je ne vois plus le sommet. J’ai conscience qu’il est là et qu’il va ressurgir quand je serai enfin sortie de l’obscurité. J’ai besoin de toute mon énergie pour traverser. Étape difficile. C’est le seul chemin. Je n’avais pas le choix, je devais passer par là. Je sais que j’en sortirai plus forte et plus légère, mais d'abord, il faut traverser…

Alors, marcher encore. Doucement ou à cloche-pied, mais avancer. Plus l’heure de reculer. Changer de direction ? Scruter l’horizon. Encore ces foutues questions !

« Vais-je vraiment y arriver ? »

Et là, au détour d’un torrent vivifiant, voir que je ne suis pas seule sur ce chemin… Évidence. Oui, c’est par là qu’on va. On y va ensemble, et je sais ce que j’ai à faire.

Commencer par me délester de mon bagage de doutes. Reprendre mon souffle et continuer. La pente est plus raide encore. Les prairies ont fait place à la caillasse. L’air est plus frais, plus dense aussi. Le sommet, il est tout proche, mais pour le moment, un nuage épais m’en cache les contours. Je navigue à vue. Je regarde le chemin parcouru.

« Wahou !!! Quel panorama!!! »

D’ici, c’est déjà magnifique. Qu’est-ce que ça va être vu d’en haut ? Pendant que la force du groupe me pousse, je découvre pas après pas ce qui se cache derrière le brouillard épais…

Encore quelques mètres à parcourir et nous y sommes…

Texte et photo : EA novembre 2022